Loi Gaillot : plus tard, ils déploreront les effets des causes qu'ils auront chéries..

07 décembre 2021

Une nouvelle fois nous déplorons et condamnons fermement les résultats du vote de la loi Gaillot du 30 novembre dernier. Il est à parier toutefois, que la sottise des députés ayant voté favorablement ce texte au nom du droit des femmes devenu obstinément idéologique, risque de desservir cette cause.

En effet comme cela a été courageusement rappelé dans l’hémicycle mardi, l’IVG à 14 semaines, acte réellement barbare dans sa technique, ne sera pas sans risque de graves conséquences sur la santé physique et psychologique des femmes. Et pourtant, ni les rapporteurs de la loi ni les députés concernés n’ont eu l’intelligence et la présence d’esprit d’enquêter auprès de professionnels pour mesurer cette réalité.

D’autre part, il aurait été intéressant et judicieux de s’interroger véritablement sur la cause profonde de cette difficulté d’accessibilité à l’IVG qui, comme madame Gaillot et nombreuses de ses consœurs l’ont rappelé est à l’origine de ce texte.

En effet, trois éléments expliquent en grande partie cette difficulté d’accès. L’un étant le déni de grossesse dont les causes sont psychologiques, un autre, la découverte tardive des grossesses chez les très jeunes filles qui ne connaissent pas leur corps, faute d’éducation préalable et enfin le refus croissant des professionnels de santé de commettre ces actes d’avortements.

De ce fait, il aurait été nettement plus intelligent de développer dans ce texte, des propositions concrètes de soutien aux femmes enceintes en proie aux doutes ou aux difficultés d’ordre matérielles ou psychologiques. Il serait aussi indispensable d’organiser et de multiplier les campagnes d’information et de formation des jeunes à une éducation affective et sexuelle responsable, celles-ci permettant de limiter le nombre croissant de grossesses chez les jeunes filles de 14 à 18 ans.

Choisir la Vie condamne fermement ce texte et tient également à rappeler combien l’avortement dès la conception et quel que soit le stade de la grossesse ne se justifie, le droit la Vie n’étant en aucun cas négociable.

Odile GUINNEPAIN
Présidente

Grâce à vos dons, aidez-nous à mener nos actions. Merci pour votre générosité !
Une antenne de Choisir la Vie
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram